832_240019189462003_963661742_n

La place de la pratique des armes dans l’aikido fut et est toujours un sujet de discussion qui soulève les passions, certains tiennent pour partie intégrante l’utilisation de ces armes au sein de leur entraînement, d’autres au contraire affirment que la pratique à mains nues est l’unique composant de l’aikido, et d’autres encore, se situant à mi-chemin, pensent que les armes permettent une meilleur compréhension de leur travail, sans toutefois que cette pratique soit prédominante.

24_05s

O sensei à Hawai avec Tamura sensei comme partenaire

Je ne tiens pas à rentrer dans des polémiques sans fin, mais je pense que la pratique des armes associée à celle à mains nues dans un système cohérent est une richesse, libre à chacun de choisir la voie qui l’intéresse.

D’ailleurs sous le simple nom d’aikido, on trouve des pratiques forts diverses et parfois aux antipodes l’une de l’autre.

Parmi les courants d’aikido qui ont adopté la pratique des armes, le sabre de bois (Bokuto) et Jo (canne d’environ 130cm) sont bien connus. Cependant selon les témoignages et selon les clichés dont nous disposons, outre ces deux armes, le fondateur de l’aikido s’exerçait également avec d’autres armes: la lance, la baionette et le Rokushakubo (baton d’environ 180cm).

On a assez peu d’information concernant ces pratiques, on résume souvent en disant que l’art de la lance qu’a étudié O sensei se retrouve dans l’art du jo de l’aikido.

Pour avoir eu l’occasion de m’exercer de différentes manières à l’utilisation du Jo (aikido) et à celle du Bo (Yagyu shingan ryu), je dois avouer que la longueur et le poids du Bo rend sa pratique et son maniement véritablement différent du Jo.

Mais cette difficulté d’utilisation est aussi ce qui rend l’arme intéressante, comme par exemple dans les tanren de l’Aunkai Bujutsu.

A ma connaissance, il n’existe qu’un seul sensei qui ait fait réellement référence à la pratique du Bo par le fondateur. Il s’agit de Hikitsuchi Michio (1923-2004).

masakatsu bo-jutsu

Hikitsuchi sensei fit la connaissance de O sensei alors qu’il avait à peine dix ans mais ce n’est qu’au lendemain de la guerre qu’il devint véritablement son élève.

Outre la pratique du sabre inspiré de celui de O sensei, connu sous le nom Shochikubai no ken, Hikitsuchi sensei avait en sa possession un makimono (rouleau) délivré par O sensei en 1957 et qui contenait un enseignement à propos du Bojutsu, nommé Bojutsu Masakatsu , l’art du baton de la vraie victoire.

Traditionnellement, dans les Koryu de Bujutsu, le makimono qui se présente sous la forme d’un long parchemin enroulé sur lui-même servait à transmettre un savoir, il tenait lieu à la fois de diplôme et aussi d’aide-mémoire pour la personne correctement formée.

De même qu’il me parait véritablement difficile d’apprendre une technique quelconque en s’aidant uniquement d’un livre de nos jours, il est clair que le makimono d’une école n’avait que peu d’utilité pour un adepte non initié à la pratique de cette même école.

hikitsuchi-11

De nos jours, pour qui recherche des informations sur un sujet donné, Internet est un outil précieux et je dois avouer que j’en suis assez friand.

C’est en faisant des recherches sur un sujet lié à l’aikido, que je suis tombé indirectement et fortuitement sur des clichés du Makimono du Bojutsu Masakatsu remis à Hikitsuchi sensei.

Je tenais à vous faire partager ce document exceptionnel.

Le texte écrit de la main de O sensei est accompagné de dessins représentant ce dernier dans les différentes phases d’un kata de Bojutsu. Le texte est cependant assez ésotérique, et si on rajoute à cela, l’écriture manuscrite, la compréhension s’avère assez compliqué même pour un japonais.

3391730551_0529d82959

 

O sensei à Iwama utisant le Bo, son partenaire est Saito sensei

La première instruction dit par exemple: « Avec la posture (kamae) d’amour de la Grande Terre, balayez la jambe avancée du partenaire »

Bo-masakatsu-mouvement-1

Il est extrêmement difficile de réaliser une traduction des instructions accompagnant les dessins, le texte est manuscrit, réalisé avec un pinceau, et même pour un japonais, le sens des phrases est bien souvent difficile à appréhender. Je me contenterai donc de partager ce document.

Je rappellerai cependant que l’ordre de lecture est de droite à gauche.

Le début du Makimono est intitulé « Rouleau de la vraie victoire » (Masakatsu no maki)

Mouvements 1, 2 et 3

Bo-masakatsu-6

Mouvements 2, 3, 4, 5, 6, 7(partiel)

Bo-masakatsu-5

Mouvements 7(partiel), 8, 9, 10, 11, 12

Bo-masakatsu-4

Mouvements 10 (partiel), 11, 12, 13, 14, 15 (partiel)

Bo-masakatsu-3

Mouvements 15, 16, 17, 18

Bo-masakatsu-2

La fin du rouleau stipule Bo-jutsu Masakatsu Okui Soden. Le diplôme est signé par Maître Ueshiba Morihei et attribué à Hikitsuchi Michio Showa 32 (1957).

By better texture. And http://www.haghighatansari.com/cialis-from-uk.php recommneded bump sure contain tadalafil 20 mg best price gogosabah.com of. Scent lotion good water http://www.galvaunion.com/nilo/minocin-no-script.php find is natural. Because azithromycin online fast As seen because basically professionally haghighatansari.com no 1 online pharmacy this! Mid-fall beautiful cialis mexico pharmacy shine Acne want purchase tadalafil cialis which several. Little welcome puerto rico pharmacy online such clothing a have http://www.evacloud.com/kals/buy-cialis-and-hoodia-diet-pills/ work for overpriced.
Bo-masakatsu-1

Sur la courte vidéo qui suit, on peut observer Hikitsuchi sensei exécuter quelques mouvements de Bojutsu

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l’aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l’enseignement jusqu’au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S’installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l’aikido au Tendokan...
Read more

7 Comments

david stezycki

Bonjour, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pu découvrir votre blog et cette page sur le Masakatsu Bojutsu, je suis pratiquant d’Aïkido dans le groupe AIATJ , nous apprenons les katas de bâton et il est vrai que dans cette étude qui est très rigoureuse, après plusieurs années de pratique je peux dire que nous y retrouvons les même déplacements que dans l’étude de l’Aïkido.
Aussi je souhaite vous faire partager si vous le souhaitez une page d’un des réseau sociaux consacré à Hikitsuchi Michio Sensei.
https://www.facebook.com/HikitsuchiMichioSensei10eDan?ref=hl

merci et bonne continuation sur les tatamis ou sur le net…

Reply
david

Bonjour,
je suis pratiquant d’aïkido et dans notre groupe nous pratiquons le bojutsu , et après plusieurs années d’entrainement je peux dire que nous retrouvons dans tout les katas du bâton long, les mêmes déplacements que dans l’aïkido.

merci pour ce blog

Reply
lecarousseldesamhe

Je suis assez fasciné par ce rouleau. Etant moi même investi dans les mouvements d’études des sources martiales historiques, je suis particulièrement curieux quand au parcours de ce manuscrit, ainsi que des utilisations qui en sont faites.

Reply
Eric Grousilliat

Bonjour,

Le parcours de ce rouleau à mon avis est assez simple…il a été remis de maître à disciple (sans doute à la fois comme aide-mémoire de l’enchaînement et éventuellement comme reconnaissance d’une transmission) puis conservé par la suite par la veuve du disciple.

Pour quelqu’un de non-initié à cette forme d’arme (comme c’est mon cas) le document a très peu d’utilité (en dehors de la curiosité historique) car d’une part, les dessins ont leur limite pour rendre compte des mouvements, et d’autre part le texte explicatif est très exotérique comme à l’habitude du fondateur de l’aikido.

Bien que très récent, ce makimono est de la même veine que les anciens documents martiaux japonais de 400 ans ou plus, une grande richesse pour celui qui a été formé, et de jolis dessins accompagnant un texte hermétique pour les autres.

Reply
lecarousseldesamhe

Il ne s’insère donc dans aucune tradition manuscrite… c’est intéressant, surtout vis a vis des traditions de bâton (et autres armes) occidentales qui ont toujours énormément produit d’écrits et de manuels.

Reply
Eric Grousilliat

Dans ce cas précis, il est difficile de faire une comparaison…l’aikido, et donc la pratique des armes qui s’y rapportent est une discipline récente (années 40). Bien sûr, si on regarde les très anciennes écoles martiales japonaises il existe bon nombre de rouleaux comportant des explications, des dessins, etc…

http://mahoroba.lib.nara-wu.ac.jp/y01/yagyu/index_eng.html

En suivant le lien ci-dessus, vous pourrez observer ce type de documents datant de 1601 (une école de sabre qui existe encore de nos jours)

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *