L’héritage martial laissé par Sagawa Yukiyoshi sensei du Daito ryu est un sujet sur lequel je reviens régulièrement en fonction des informations que je peux dénicher.

File0093

C’est grace au blog Sangenkai de Christopher Li, enseignant d’aikido à Hawaii, que j’en ai aujourd’hui la possibilité. Dans ses derniers articles, il offre en effet la traduction de certains écrits de Yoshimaru Keisetsu sensei, une figure parfois controversé du Daito ryu, élève de Sagawa sensei durant les années 60 et 70, et également auteur de très nombreux ouvrages.

yoshimaru-keisetsu

Yoshimaru Keisetsu

Il s’entraîna sous la direction de Sagawa Yukiyoshi de 1961 à 1976, puis par la suite, quittant le Sagawa dojo, suivi l’enseignement de Sato Kinbei, lui-meme élève pour le Daito ryu de Yamamoto Kakuyoshi.

Sagawa

On apprend par exemple que vers le milieu des années 50, Sagawa sensei fut contacté afin de devenir instructeur au sein de l’Aikikai Honbu dojo, mais que considérant certaines remarques fait par Ueshiba Morihei au cours d’une interview pour le journal Yomiuri (mai 1956) à propos de Takeda Sokaku (qui fut le professeur de Daito ryu de Ueshiba et de Sagawa), Sagawa sensei refusa la proposition qui lui fut faite. Et, de fait, il est bien connu que Sagawa était très loin d’apprécier Ueshiba sensei, continuant tout au long de sa vie à demeurer très critique à son égard.

Voici donc quelques extraits des textes de Yoshimaru sensei, traduit à partir de la version anglaise de Christopher Li.

93.bmp

Tout d’abord, concernant Aiki Age.

Dans le dojo, les gens ont différentes façons de « lever les mains ». On peut même dire que chaque personne possède sa manière particulière de faire.

Peu importe les différentes manières de saisir, etc, le coeur du problème se situe chez la personne qui lève les mains.

Je pense que l’on conseille souvent aux gens de relâcher leurs épaules. C’est une chose extrêmement importante. Aussi, comment y parvenir? Ce n’est pas enseigné au Sagawa dojo. Chacun doit rechercher par soi-même. Cependant c’est l’une des forces du Sagawa dojo d’apprendre à juger ce qui est incorrect à travers sa propre recherche. Bien sur, on ne peut pas arriver à ce jugement tout de suite.

L’Aiki Age du Sagawa dojo est ainsi. Absolument pas plier ses poignets, fermer les aisselles, concentrer la puissance au niveau du point où a lieu la saisie (l’aiki est une sensation interne, c’est donc difficile), détendre les épaules et lever les bras sans modification. C’est tout.

Concernant l’Aiki.

En premier lieu, au Sagawa dojo, la « puissance »(ou la « force ») et l’Aiki sont complètement séparés. Et lorsqu’on parle de « puissance », c’est différent de celle qu’on utilise normalement.

La puissance martiale.

Certaines personnes utilisent ce terme, et d’autres nomment ça la puissance des muscles extenseurs. « T » shihan voit d’un mauvais oeil cette explication par le biais des muscles extenseurs. Je pense que c’est également l’opinion de la plupart des élèves du dojo.

La première chose que les nouveaux élèves apprennent est la puissance martiale. Ils apprennent l’usage efficace de la puissance afin de jeter les bases pour l’Aiki.

Si vous etes intuitif, vous serez capable d’appréhender l’Aiki, malgré que certaines personnes ne comprennent pas, mais si vous n’avez pas accompli ce travail de fond, l’intuition ne vous aidera en rien.

Une des manières de se méprendre sur l’Aiki est de se tromper concernant la puissance que votre corps acquiert à travers le travail de base de l’Aiki. La raison en est que cette puissance semble similaire à l’Aiki vu de l’extérieur. La plupart des ceintures noires dans le dojo ont ce problème.

Mais l’Aiki tel qu’on l’entend au sein du Sagawa dojo est une chose complètement différente. Sensei disait souvent que si vous ne modifiez pas votre manière de penser, vous seriez incapable d’entrevoir l’Aiki. Cependant que l’Aiki soit en fait une extension de ce travail de fond n’est pas une erreur.

Je suppose que la seule manière de comprendre se situe à travers le conditionnement et le changement de votre mode de pensée.

74.bmp

Résumé de Aiki no Rentai (le corps forgé pour l’Aiki)

Si vous vous entraînez contre Ikkajo, Nikajo et Sankajo, il est normal qu’il cesse d’être efficace. Vous pouvez améliorer cela en s’entraînant avec Yonkajo et Gokajo, mais comme le disait Sagawa Yukiyoshi sensei, au final, le but est le corps forgé pour l’Aiki (Aiki no Rentai).

On peut dire que notre but est d’etre capable d’exprimer l’Aiki, mais encore plus nous devons viser le plus haut niveau de culture du corps Aiki […] J’aimerai résumer l’Aiki no Rentai ici.

Concernant le conditionnement physique de base

4 juillet 1964

Ce n’est pas un problème d’avoir de la puissance. Aussi longtemps qu’on n’emploie pas de tension.

15 novembre 1965

Si vous etes conditionné, cela transparait toujours dans la forme. Mes mains sont devenues ainsi grace au conditionnement.

23 août 1965

Efforcez-vous de renforcer les articulations – chevilles, genoux, articulations des hanches liant le haut et le bas du corps, et vous devez aussi renforcer des choses comme les poignets.

25 août 1965

Si votre n’est pas conditionné (forgé), au final, même si on vous enseigne, vous seriez incapable de faire quelque chose. C’est un problème de construction du corps.

19 janvier 1966

Construire les jambes et les hanches est le chemin pour progresser. C’est la conclusion à

laquelle je suis arrivé à travers de longues années d’expérience.

8 janvier 1967

En utilisant le sabre la force des poignets et leurs retournements sont extrêmement importants.

14 mars 1966

Vous ne pouvez pas effectuer la technique si votre corps n’est pas développé. C’est devenu plus facile mais je continue à pratiquer Henko Ashi trois mille fois par jour. J’essaye aussi de faire du sabre, du baton, de la lance et des frappes. Si vous ne continuez pas à faire cela tous les jours, vous ne pouvez pas vous prétendre Bujutsuka. Grace à cela, je suis confiant dans ma capacité à répondre si on me défie. Bien sur, ce n’est pas quelque chose dont vous pouvez vous servir instantanément si vous ne l’avez pas utilisé pendant une longue période.

71.bmp

22 aout 1968

Suburi

En premier, construire le corps. Coupez à gauche et à droite, alternez pieds gauche et droit en avant et coupez. Shomen, Yokomen à droite et à gauche. Relâchez et étirez vos bras en frappant. Ensuite, étudiez la concentration de la puissance dans la pointe du sabre. Balancez l’arme avec la sensation que la lame frappe quelques centimètres en-dessous de la pointe. Après avoir fait cela quelques 10 000 fois ou 100 000 fois, vous commencerez à atteindre les limites de votre corps.

19 septembre 1974

En utilisant un sabre, les suburi sont votre base. Étendez et faites de grandes coupes vers le bas sans tension. Au moins 300 fois par jour – si vous ne le faites pas durant trois ans cela ne vous imprégnera pas.

6 août 1971

Si vous balancez le Furibo, vous deviendrez capable de le faire sans fin. J’ai effectué une fois 700 mouvements d’affilé.

(NdT: Le Furibo est une sorte de sabre de bois, parfois à section hexagonale, beaucoup plus épais et lourd qu’un Bokuto classique. )

photo-2--copie-1

21 octobre 1968

Il est nécessaire de concentrer la puissance dans les avant-bras. Des exercices comme balancer le Furibo sont efficaces, mais il n’y aura pas de résultat avant 6 mois à un an.

24 mai 1964

De manière à devenir fort, il est nécessaire de renforcer la poigne de votre main gauche.

24 octobre 1969

Finalement, cultiver le corps est la chose la plus importante. S’entraîner à Henko Ashi est important. Il est aussi très important de pivoter sur la pointe des orteils.

9 janvier 1970

La chose la plus importante en Aiki, ce sont les jambes. Vous devez construire les muscles dans les régions nécessaires des hanches et des jambes à travers la pratique de Henko.

29 juin 1970

Dans Age Te, la chose la plus importante est la construction du corps.

28 décembre 1970

En se forgeant, si vous ne réfléchissez pas à ce que sont vos buts, ce que vous devez faire pour bouger et pourquoi, les raisons de faire cela, il y aura peu de résultats.

23 juillet 1971

J’ai construit mon corps à travers les pompes. Adolescent, j’en effectuais 1500 par jour. Grace à cela, mon corps devint unifié. Il n’y a pas de limite aux pompes, mais il est important de poursuivre chaque méthode d’entrainement physique durant au moins trois ans, les suburi par exemple.

5 avril 1971

Si vous n’avez pas de cuisses épaisses, ce n’est pas bon. Se forger et devenir fort signifie construire les muscles.

? juillet 1970

Les muscles des hanches et de l’abdomen doivent être épais et vous commencez à bouger à partir de là. Les techniques faites avec des hanches maigres ne seront pas efficaces. Cependant être gras n’est pas bon.

26 juillet 1971

Si vous entraînez seulement avec la traction, la puissance de votre projection s’affaiblit. Les muscles qui tirent et ceux qui projettent sont différents, et si vous bougez avec l’un d’eux, les autres deviennent faibles. Si vous construisez votre corps (à la mode du body building occidental), votre puissance de projection devient faible.

10 janvier 1971

Lorsqu’on parle de forger le corps, on doit s’entraîner à construire un corps qui convient à l’Aiki. Vous devez devenir une fortification indépendante.

Note: Shiko est extrêmement important. Sensei me raconta qu’il en avait une fois accompli 1500, mais qu’il sentait pouvoir encore le faire indéfiniment. 86.bmp

Transmission orale de Sagawa Yukiyoshi sensei

Sur la condition de Aiki no Rentai

20 avril 1964

Cela bouge comme une unité. Les bras sont pleins et les épaules relâchées

25 avril 1964

Même après avoir appliqué une technique les jambes doivent être pleines.

24 février 1965

Le corps est plein. Si vous bougez avec le corps plein, ils chuteront.

3 septembre 1968

Le corps Aiki. Unité des avant-bras, du corps et des jambes.

8 janvier 1975

Les jambes. Lors d’une action ou en dansant, vous placez votre poids en arrière et étirez votre genou avant, mais en Aiki, vous placez votre poids en avant et pliez le genou avant.

21 septembre 1973

Le corps utilisé en Aiki sert comme si c’était une corde tendue. Quoi que vous fassiez, vous continuez à bouger en gardant la corde tendue.


27.bmpTransmission orale de Sagawa Yukiyoshi sensei

Le but du conditionnement – le corps Aiki

21 novembre 1974

Au final, le but (de nos techniques) est la création du corps Aiki, si vous y parvenez, peu importe comment vous bougez, cela deviendra une technique, cela deviendra l’Aiki.

12 janvier 1975

Lorsque je bouge, cela devient l’Aiki. Le but (de nos techniques) est la création du corps Aiki. Ce ne sont pas les techniques individuelles. Le corps lui-même devient l’Aiki.

takeda

Takeda Sokaku sensei

Notes de Sagawa sensei

8 février 1971

La recherche est importante. Il ne s’agit pas juste de dire que quelque chose est correct. Même maintenant je poursuis ma recherche. C’est ainsi que vous arriverez petit à petit à comprendre.

9 janvier 1970

Mon professeur me disait: « Un de plus ». Quand des yakuza venaient, il ne refusait pas de leur enseigner, il les saisissait et les blessait. Un voyou avec des cicatrices vint une fois à Kokubunji, mais il abandonna au bout de deux jours. Takeda sensei enseignait, « Un de plus, un de plus ».

5 janvier 1971

Lorsqu’une résistance apparaît, faites un brusque changement sur le point bloqué.

25 août 1967

Mon professeur n’était pas du tout concerné par combien de puissance était mis dans la forme. Peut-être parce qu’il était petit, il était doué pour installer

Buying formula wearing use bristles I buy viagra everything looking found Philips silver the.

la peur dès le début.

12 mai 1971

Quelle que soit le type de personnes qui lui servait de partenaire, Takeda Sokaku se servait toujours de la pleine puissance dans la technique. C’est aussi de cette manière que j’ai appris. C’est impossible d’appliquer la technique si vous pensez laisser aller votre partenaire. Il est nécessaire d’agir avec la volonté de les plaquer au sol.

6 août 1971

Mon professeur était extrêmement rigoureux. Lorsqu’il vivait dans ma demeure, il travaillait toute la nuit pour faire du caramel, ne s’arrêtant qu’une fois tout achevé le lendemain matin. J’ai entendu cela de la bouche de mon père. Une fois, quand je suis allé lui rendre visite, il observait la pratique tout en polissant un plateau de mûrier inachevée – il est resté comme ça pendant trois jours et deux nuits, ne s’arrêtant qu’avec le levé du jour. Ce type de rigueur est important.

28 juin 1965

Je devins capable d’exécuter les techniques comme cela lorsque j’avais la quarantaine, en y réfléchissant maintenant, dans la trentaine, j’utilisais la force. C’était la même chose au début en Daito ryu, je tordais juste mes bras, il n’y avait pas de projection sous la forme d’enroulement.

30 octobre 1973

Si on n’est pas capable de faire un certain nombre de choses en premier, il n’est pas bon de pratiquer les techniques. Vous ne pouvez pas le faire sans comprendre le principe, c’est du gâchis Si quelque chose n’est pas votre « technique de signature », il y aura un laps de temps où vous serez incapable de l’utiliser. En devenant meilleur dans vos « techniques de signature », vous en viendrez à comprendre les principes.

8 janvier 1967

Les guerriers du passé portaient leur parapluie en se servant de la main gauche, c’est aussi de cette main qu’il se servait pour porter leur keikogi. Car de façon à contrôler la main droite (main dominante) de l’ennemi, il est nécessaire de renforcer la main gauche. Et pour cette raison, sur un présentoir à sabre, vous devez placer la poignée sur la droite.

2005-04-03

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

4 Comments

Antoine

Bonjour Eric, merci pour cet article.
J’avais lu également celui avec le carnet d’entraînement de Sagawa. Et une chose m’intrigue au niveau des exercices : il parle de faire des pompes. Sait-on s’il s’agit de pompes « normales », ou y a-t’il une manière particulière de les réaliser? (Pompes indiennes, avec variations…)
Merci encore

Reply
Eric Grousilliat

Bonjour Antoine,

Si j’ai bien compris il s’agissait de pompes normales mais réalisées assez vite et en grand nombre…le but visant à améliorer la structure du corps, pas la force des bras.

Merci pour ton commentaire

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *