Au sein de la longue généalogie du Shinkage ryu, le nom le plus célèbre est sans aucun doute celui de Yagyu Munenori. Initiateur de la branche Edo de l’école, maitre de sabre renommé, instructeur de trois générations successive des shogun Tokugawa, auteur du célèbre traité Heiho Kadensho, disciple du moine zen Takuan.

2DSCF5219

Le rocher que, selon la légende, Muneyoshi aurait fendu d’un coup en affrontant un tengu

Il ne faut cependant pas oublié ses prédécesseurs, notamment son père Yagyu Muneyoshi, qui dû lutter avec acharnement pour que la famille Yagyu ne soit pas emporté par les conflits incessants au Japon et qui eut suffisamment de talent et de volonté pour apprendre et maîtriser les arcanes du Shinkage ryu directement de son fondateur, Kamiizumi Nobutsuna.

Voici quelques éléments pour comprendre comment ce précieux joyau du bujutsu japonais entra dans la tradition familiale des Yagyu, pour y demeurer encore à notre époque. La période malheureuse des Yagyu débuta en 1544 lorsque le clan Tsutsui de Nara s’empara du domaine Yagyu.

Note: Le clan Tsutsui (筒井氏) apparut durant l’ère Sengoku, l’âge des provinces en guerre (milieu du xve siècle – Fin du xvie siècle) et contrôla principalement la province de Yamato, c’est-à-dire le berceau historique du Japon.

medieval

Yagyu Sekishusai Muneyoshi avait férocement résisté à leur expansion, mais le prix à payer fut la perte du château Yagyu. Seize ans plus tard, un nouveau bouleversement se produisit dans le monde des Yagyu.

En 1560, le clan Tsutsui fut soumis par celui des Miyoshi. Le clan des Miyoshi (三好氏), ancienne famille descendant de l’empereur Seiwa et du clan Minamoto, provenait de la province Awa de l’île Shikoku. Une fois de plus, les Yagyu furent forcés de s’adapter à un nouveau seigneur, l’influent Miyoshi Chokei.

275px-三好長慶

Miyoshi Nagayoshi Chokei

Bien que seigneur typique de l’époque, Chokei était un homme droit, largement respecté pour ses talents administratifs. Ainsi, pour un temps, les Yagyu acceptèrent leur sort. Les choses changèrent lorsqu’en 1564, à Miyoshi Chokei succéda Matsunaga Hisahide, un vassal du clan Miyoshi aux origines obscures, peut-être un ancien marchand de thé de Kyoto, qui était parvenu au poste de conseiller de Chokei et dont on prétend qu’il lui avait succédé en empoisonnant son héritier légitime. Le seul fils encore en vie de Chokei était alors trop jeune pour régner.

danjo2

Matsunaga Hisahide

Un an seulement après sa prise de fonction, Hisahide prit part à l’assassinat du shogun Ashikaga Yoshiteru avec son épouse et sa mère.

220px-Ashikaga_yoshiteru2 Ashikaga Yoshiteru

Ashikaga Yoshiteru, qui régna de 1546 à 1565, était un grand amateur de kenjutsu, ayant reçu l’enseignement de Kamiizumi Nobutsuna et de Tsukahara Bokuden. Suite à l’attaque de son château par le clan Miyoshi et par Matsunaga Hisahide, il est contraint au suicide. Son décès força son plus jeune frère, Yoshiaki, qui allait devenir le quinzième et dernier des shogun Ashikaga, a tombé sous la coupe de Oda Nobunaga. Ce qui offrait en retour à ce dernier un prétexte pour s’emparer de la capitale, Kyoto.

250px-Odanobunaga

Oda Nobunaga

Note: Oda Nobunaga, premier des trois grands unificateurs de l’époque Sengoku, passa le plus clair de son existence sur les champs de bataille et conquit une grande partie de sa mort jusqu’à sa mort en 1582.

Pour les Yagyu, cela constituait une bonne nouvelle. Le comportement de Hisahide était devenu plus imprévisible. Au début, il avait été gardé sous contrôle par son frère, Nagayori, vice-gouverneur de la province Tanba, guerrier de grande stature morale, respecté par le clan Miyoshi. C’est d’ailleurs grâce à ce respect que les Miyoshi avaient accepté Hisahige à leur tête.

Ainsi, ce ne fut pas une surprise pour les Yagyu que lorsque Nagayori mourut au cours d’une bataille, en 1565, la majorité du clan Miyoshi sombra avec leur nouveau chef. Une campagne à grande échelle fut lancé pour reprendre les forteresses soumises quelques années plus tôt. Le premier château à tomber entre leurs mains fut celui des Tsutsui, au coeur de Nara, la base du clan.

L’année suivante, les combats se propagèrent à l’est, vers Nara et vers le quartier général de Hisahide, le château Tamon. Ce château se dressait à proximité du Daibutsuden, le grand hall sur la place du monastère Todai.

images (1)

Daibutsu den du Todai ji

Depuis plus de huit siècles, ce bâtiment de bois abritait une grande statue de bronze du Bouddha qui attirait les pèlerins des coins les plus reculés du pays. Une partie des troupes Miyoshi y avaient pris leurs quartiers. Sans aucune entrave de sa conscience, Hisahide avait ordonné à ses hommes d’y mettre le feu. Bien que mal en point, les troupes Miyoshi incendièrent le toit du Daibutsuden, provoquant la fonte de la partie supérieure de la statue.

images (2)

L’actuel grand bouddha du Daibutsuden de Todaiji

Les dégradations de Hisahide obligèrent Yagyu Muneyoshi et son clan à trouver refuge dans les montagnes. De cette période d’isolation forcée allait jaillir les bases pour le renouveau du clan. En effet, en allant se réfugier dans les montagnes, les Yagyu furent accompagnés entre autres, de Kamiizumi Isenokami Nobutsuna, le fondateur du célèbre Shinkage ryu.

téléchargement

Kamiizumi Nobutsuna arriva à Yamato durant l’automne 1567. Il effectuait un Musha Shugyo en compagnie de deux autres sabreurs, Jingo Muneharu et Hikida Bungoro, deux vassaux de confiance qui avaient survécu au siège du château Minowa.

Notes:

  • Considéré comme le berceau de la civilisation japonaise, la province de Yamato date d’environ du ive siècle de notre ère et correspond à l’actuelle préfecture de Nara, au nord-est d’Osaka.
  • Musha Shugyo désigne un voyage itinérant qu’effectuait les guerriers japonais pour perfectionner leur adresse dans les Bujutsu.
  • Jingo Muneharu était le neveu de Kamiizumi, tandis que Hikida Bungoro, un de ses meilleurs élèves. Jingo créa plus tard l’école Jingo ryu et il avait enseigné au shogun Ashikaga Yoshiteru, et Hikida fut à l’origine du Hikida Kage ryu, une école que j’évoquais dans cet article.
  • Le siège du château Minowa eut lieu en 1566, lorsque les garnisons y résidant, dirigés entre autres par Kamiizumi, subir l’attaque du célèbre Takeda Shingen et du clan Takeda.
landscape5

Kamiizumi et Yagyu Muneyoshi s’affrontèrent dans une compétition d’escrime au monastère Kofuku (Monastère désormais classé au patrimoine mondial de l’Unesco). La rencontre avait été organisé par Hozoin Kakuzenbo In’ei, chef-abbé du monastère et fondateur de l’école de lance Hozoin ryu. Muneyoshi affronta non seulement Kamiizumi mais également son élève Bungoro. Il perdit les deux combats mais fut suffisamment sage pour inviter les trois sabreurs a venir demeurer au château Yagyu.

Ils passèrent l’année suivante en immersion dans leur étude. Kamiizumi écrivant un long traité sur le Shinkage ryu, Muneyoshi absorbant de son nouveau professeur tout ce qu’il pouvait sur cette école d’escrime. Pendant ce temps, ils suivaient avec anxiété les événements en s’accrochant à l’espoir qu’un jour prochain les choses tourneraient en leur faveur et qu’enfin ils pourraient sortir d’exil. Ce jour arriva, le 9 novembre 1568, lorsque Oda Nobunaga pénétra dans Kyoto.

450px-Tokugawa_Ieyasu2

Tokugawa Ieyasu

Oda avait suivi de près les actions des seigneurs de guerre de Yamato, avant même de se mettre en marche pour la capitale. Il avait dénoncé leur bellicisme absurde et il était encore plus critique envers Hisahide. Discutant du sujet avec son allié Tokugawa Ieyasu, Oda avait observé qu’Hisahide était un homme extrêmement prudent, ayant « obtenu sa notoriété à travers trois crimes« . Tout d’abord, l’assassinat de l’héritier légitime des Miyoshi, ensuite celui du shogun Ashikaga et finalement la destruction du grand Bouddha du monastère Todai.

En dehors des vexations provenant des outrages d’Hisahide, les préoccupations principales de Oda Nobunaga provenaient des sohei (moine-guerrier) des sectes bouddhistes Tendai et Ikko qui avaient leur quartier général dans le monastère Ishiyama Hongan près d’Osaka.

Note: Oda Nobunaga doit en effet mater les membres du mouvement Ikko Ikki (一向一揆), un soulèvement de paysans, de moines bouddhistes, de prètres shinto et de nobles locaux contre le pouvoir de la classe guerrière aux xve et xvie siècles.

26087790_4725a0354b

Sohei

Ainsi pour se charger de la menace, moindre, que constituent les seigneurs de guerre du Yamato, Oda place une force de 10 000 troupes sous le commandement de Sakuma Nobumori, un ancien vassal de la province Harima, qui avait servi son père. Sakuma fit marche sur le Yamato durant l’automne 1568. Les Miyoshi résistèrent, désirant ardemment garder la main mise sur leurs conquête mais ils étaient loin de dominer face à des troupes bien entraînées et organisées, armées de fusils.

Ils durent abandonner un par un, les châteaux qu’ils avaient pris avec Hisahide, et ce, jusqu’à ce que fin 1569, ils soient forcés de s’enfuir par la mer intérieure pour retourner dans leur ancien domaine de l’île Shikoku.

Toujours habile, Hisahide joua différemment ses cartes. Avant même que Sakuma ait traversé la rivière Kizu (que l’on doit traverser pour se rendre dans la région de Nara depuis Kyoto), il avait commencé à assaillir Oda Nobunaga de luxueux présents, de la vaisselle chinoise et des ustensiles pour le thé. Oda répondit positivement à cette tentative d’ouverture. En dépit des avertissement de Ieyasu, il décida de garantir à Hisahide le contrôle sur la province de Yamato à la condition que ce dernier amnistie les autres clans locaux afin qu’ils ne complotent pas avec ceux opposés à l’unification. Hisahide fut rapide à obtempérer. Il retourna dans son ancien quartier général au château Tamon et envoya des missives à tous ceux avec qui ils avaient été en désaccord.

Il est possible le clan Yagyu n’accepta la requête de Hisahide qu’à cause d’une autre missive envoyée directement par Oda Nobunaga, les encourageant à se mettre d’eux-même sous les ordres de Hisahide tout en leur promettant soutiens financiers et militaires en cas de conflit. Les motivations de Oda étaient suffisamment claires, sécuriser la capitale à tout prix.

Pour le clan Yagyu, il y avait peu d’options et c’est ainsi que début 1670, Yagyu Muneyoshi quitta son refuge pour redevenir seigneur du château Yagyu, retrouvant sa place légitime.

img_1501190_60719755_2

Château Yagyu 柳生城

Même si les Yagyu n’avaient alors retrouvé qu’une petite fraction de leur prestige passé, le futur du clan et à travers lui, celui de l’école Shinkage ryu, semblait à nouveau moins sombre. Comme pour annoncer cela, quelques mois après, durant l’été 1570, Yagyu Munenori venait au monde.

images (2)

Yagyu Munenori

Note: Bon nombre de renseignements proviennent de l’ouvrage « Famous samurai – Yagyu Munenori » de William de Lange.

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l’aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l’enseignement jusqu’au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S’installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l’aikido au Tendokan...
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *