amaterasu-1921cc7

O sensei Ueshiba Morihei, fondateur de l’aikido, définissait son budo comme un misogi, une méthode de nettoyage du corps et de l’esprit.

Je me souviens que Tamura sensei, il y a de ça de nombreuses années, au cours d’un stage, nous fit exécuter un certain nombre d’exercices certains connus comme Ame no torifune mais dans une forme différente et d’autres qui m’étaient totalement inconnus. Il s’agissait pour résumer de gestuelles diverses associées par moment avec des mots japonaises. J’ai tenté tant bien que mal de les retenir à l’époque sans en comprendre vraiment le sens et l’utilité.

Les années passèrent, et c’est lors que je fis la découverte de l’ouvrage « Kami no michi » que ma mémoire s’en trouva stimulée.

En effet, dans ce livre, le grand prêtre Yamamoto, explique comment se retrouvant à la tête d’un très ancien sanctuaire shinto suite aux aléas du destin (ses frères ayant été tué au cours de la seconde guerre mondiale), il décida pour revitaliser la foi et ses capacités au lendemain du conflit, de remettre au goût du jour des pratiques de misogi tel le célèbre Taki Shugyo, c’est-à-dire l’ascèse sous la cascade.

En annexe de son livre, il donne un descriptif détaillé de cette pratique, et notamment il évoque des exercices comme Torifune, Otakebi, etc, exercices similaires à ceux que dans ma mémoire Tamura sensei nous avait fait pratiquer et qui sont en quelques sortes la mise en condition avant d’intégrer la cascade… en effet, on parle de misogi, se débarasser des impuretés, enlever l’inutile, il ne s’agit pas simplement d’un douche.

Ueshiba3-1

Je pense que cette pratique auquel O sensei attachait tant d’importance est une chose précieuse qu’il importe d’étudier en détails si on veut pénétrer le coeur de l’aikido. Je vous propose donc aujourd’hui le texte tiré d’une des annexes de Kami no michi.

Misogi et exercices spirituels

Avant Misogi

Le mental et le corps doivent être mis en condition avant Misogi. La nuit précédente, il est recommandé de ne pas absorber de nourriture et d’alcool. Les sens doivent être libérés en évitant les substances physiques qui pourraient les voiler ou les altérer. Ils doivent être réceptifs.

Préparation

On se réunit devant le bureau du sanctuaire, et de là, on se rend dans le hall à côté du Haiden pour recevoir une forme simplifiée de Oharai nommée Shubatsu. Puisque la cascade, Konryu myojin (Myojin signifie « Gracieux Kami ») est un Kami, il est nécessaire de subir une purification avant d’y entrer. Puis on se rend dans les vestiaires où les hommes revêtent un Fundoshi (Pagne) et un Hachimaki (serre-tête) et les femmes, un long Kimono et un Hachimaki.

En sortant du vestiaire, on se rend dans un lieu ouvert au-dessus de l’entrée de la cascade, en face du Honden. On salue deux fois, on claque deux fois des mains et on salut encore une fois. On peut alors commencer les exercices préparatoires.

images

Kawatsura Bonji, qui forma O sensei aux anciennes pratiques misogi

Exercice 1 : Furitama (secouer l’âme)

1. Se tenir debout avec les pieds écartés de la largeur des épaules.

2. Réunir les mains, la droite sur la gauche. Laisser un espace suffisant pour loger une balle de ping-pong imaginaire.

3. Placez les mains devant l’estomac et secouez-les vigoureusement de haut en bas.

4. En même temps, se concentrer et répéter : Harae do no oo kami, une invocation au Kami du lieu du Harai.

Le but de Furitama est de générer la conscience de Kon, l’âme, en vous-même.

Kon est le plus important des quatre éléments parmi Kon, Mei (la vie), Rei (l’esprit) et Ki (l’esprit dans son aspect causal- Le Ki est une sorte de source d’énergie), car l’être humain peut aussi être décrit comme Waketama (Âme individuelle séparée), ce qui est une façon de dire « Enfants des Kami ».

torifune

Exercice 2 : Torifune (bateau-oiseau)

1. Se tenir droit et avancer la jambe gauche.

2. Serrer les deux poings avec les pouces à l’intérieur

3. Se pencher en avant et imiter le mouvement du rameur en commençant au niveau du genou gauche et en finissant près des aisselles. Tout en « ramant », crier : Yie.

4. Faire cela vingt fois puis refaire Furitama.

5. Changer de position, pied droit en avant, refaire Torifune en criant alternativement Ei et Ho. Faire cela vingt fois puis répéter Furitama.

6. Revenir à la position pied gauche en avant, resserrer les poings comme précédemment, amener les mains au niveau de la poitrine au cri de Yie, puis pousser vers le bas et en avant, mains ouvertes, doigts tendus au cri de Se.

Après cela, refaire Furitama.

Le but basique de cet exercice est d’introduire une dimension de gymnastiques physiques parmi le spirituel. Puisque Misogi est une expérience psychophysique, les deux types d’exercices préparatoires sont nécessaires.

Exercice 3 : Otakebi (crier)

1. Se tenir droit en laissant un espace entre vos pieds.

2. Placer les mains sur les hanches.

3. Suivre le Michihiko (guide du rituel) quand il crie les trois invocations suivantes :

Iku tama ! Taru tama ! Tama tamaru tama !

4. Le suivre à nouveau en répétant trois fois la longue invocation :

Oo kami ! Oo kami ! Kunitsu oo kami ! Sarudahiko oo kami totoshi ya !

Crier Iku tama active l’âme qui provient de la conscience. Taru tama affirme la conscience que vous pouvez réaliser de l’infinité dans votre âme. Tama tamaru tama confirme les deux et conserve l’âme activée à ce niveau quantum.

L’invocation de clôture s’adresse à Sarudahiko, chef des Kami terrestres, connu pour posséder un grand pouvoir.

Exercice 4 : Okorobi (produire)

1. Se tenir comme dans l’exercice 3.

2. Placer la main gauche sur la hanche, l’autre main les deux doigts tendus dans une gestuelle ressemblant au « salut scout ».

3. Trois Kami sont ici invoqués, et après chaque invocation, on coupe l’air avec un grand mouvement circulaire à l’aide de la main droite :

Kunitokotachi no mikoto ! Yie !

Sarudahiko no oo kami ! Yie !

Kokuryu no oo kami ! Yie !

A chaque fois que l’on coupe l’air on avance le pied gauche puis on revient.

En invoquant ici, ces trois Kami importants : Kunitokotachi nomikoto (Kami terrestre), Sarudahiko oo kami (Kami du conseil, chef des Kami terrestres) et Kokuryu no kami (Kami de l’eau, de la vie et du Ki), vous pouvez vous unir à eux, chasser vos impuretés et recevoir en vous leur puissance.

Exercice 5 : Ibuki (respirer)

1. Se tenir pieds écartés

2. Baisser les mains et les bras vers les genoux.

3. Lever les gras au-dessus de la tête en les étendant pleinement vers l’extérieur.

4. Inspirer en levant les bras.

5. Expirer doucement et délibérément en rabaissant les mains.

6. Placer les mains et les bras en bas des genoux et expirer complètement.

7. Répéter cela cinq fois.

8. Se tourner face à la chute d’eau, saluer deux fois, claquer deux fois des mains et ouvrir les paumes vers le haut et vers la cascade.

Vous êtes maintenant prêt à descendre les marches vers la cascade.

Le but est de conclure la préparation en prenant une profonde respiration qui a pour effet d’augmenter le métabolisme du Ki au plus haut niveau de sensibilité et de réceptivité, en absorbant le Ki de l’univers.

misogi

Exercice 6 : Nyusui (enter dans l’eau)

1. Juste avant d’entrer dans l’eau, vous recevez de la part du Michihiko, du Sakashio (sel purifiant) qu’il asperge sur vous.

2. Vous recevez une louche de sel et de saké, que vous versez en trois fois dans votre bouche.

3. Le Michihiko récite les neuf lettres-prières comme il suit :

Rin – Pyo – To – Sha – Kai – Jin – Retsu – Zai – Zen

4. Puis ce dernier coupe l’air symboliquement neuf fois et crie: Yie !

(Le sens de la prière et du carré dans le shinto : les nombres 1 à 9 sont utilisés pour symboliser le monde profane et ses impuretés. Avant d’entrer dans l’eau, la coupe du carré implique la chasse des impuretés de l’existence de ces neuf domaines.)

5. Entrez dans l’eau et versez-en sur votre poitrine, votre visage et vos reins.

6. Claquez deux fois des mains et saluez une fois.

7. Coupez l’air de droite à gauche avec votre main droite.

8. Approchez de la cascade et entrez épaule droite en avant. Tournez autour et faites face au Michihiko tenant vos mains, avec les majeurs réunis pointant vers vous.

9. Criez: Harae tamae kiyome tamae rokonshojo !

Continuez jusqu’à ce que le Michihiko crie Yie ! (Signal de retour).

Le sens de la prière finale : Les expressions Harae et Kiyome demandent la purification de l’individu par le nettoyage de tous les Tsumi du Rokonshojo, des six éléments de l’homme, que le Shinto identifie aux cinq sens et au mental.os-shrine

Après Misogi, les participants retournent au Haiden, après s’être séché, pour une période de Chinkonto, une pratique spirituelle pour pacifier l’âme. On poursuit avec Naorai, une cérémonie où l’on boit avec les Kami pour renforcer le Musubi vertical. Les liens hommes/Kami se renforcent. Comme on festoie, le Musubi horizontal devient, lui aussi, plus fort. Les liens Kami/hommes et hommes/hommes deviennent plus efficaces, et les personnes liées commencent à comprendre et à devenir ce que le destin décréta à la naissance.

Ueshiba-Morihe-_15-copie-1

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *