Voici un article assez conséquent sur les tanren de la méthode fondée par Akuzawa Minoru sensei réalisé par le magazine japonais Hiden (numéro d’Octobre 2011).

Je vais donc dès à présent tenter de vous livrer une traduction correcte du dit-article, et cela dans la limite de mes faibles capacités. Dans cet article, Akuzawa sensei donne bon nombre d’explications sur
certains des tanren qui constituent l’Aunkai Bujutsu, ce qui permettra aux fidèles de repréciser leurs compréhension de certains exercices de base comme Maho et aux gens curieux de se faire une idée plus précise de ce qu’est l’Aunkai et vers quel type de corps cela peut conduire.

Bonne lecture pour cette seconde et dernière partie.

L’efficacité du Rokushakubo pour éduquer le corps

On élargit en les étirant sur la droite et la gauche, les deux bras et on exécute des mouvements circulaires en prenant conscience des axes du corps. Cette méthode que l’on nomme Shintaijiku (身体軸) vrille le corps d’avant en arrière. On développe entre autres la sensation de bouger le corps entier en ayant conscience des axes du corps, du déplacement du poids du corps sur la plante des pieds, de la vrille des hanches.
En prenant conscience des axes horizontaux des épaules et des hanches, on fait « varier » le corps dans les six directions, avant-arrière, gauche-droite et haut-bas. Ainsi, on obtient la sensation des axes du corps qui coupe le corps en croix. Dans le bujutsu, après la concentration de force et le Taisabaki, on peut dire que la sensation du corps est indispensable.

Akuzawa sensei démontre ensuite un façon d’utiliser le Rokushakubo qui s’ajoute aux méthodes s’effectuant à mains nues.
(NdT: Le Rokushakubo, 六尺棒, littéralement « bâton de 6 shaku », le shaku étant une ancienne unité de
longueur, équivalent approximativement au pied, soit 30cm. Il s’agit donc d’un bâton de 180 cm environ, son diamètre est d’environ 3 cm)

Afin de faire comprendre l’utilité du Rokushakubo pour éduquer le corps, il faut dire que le sabre et le bâton sont de bonnes choses pour bouger en ayant clairement conscience des axes du corps. Spécialement le Rokushakubo, qui d’une épaisseur et d’un poids modéré, tout en ayant une longueur équivalente à une taille humaine, est l’outil le plus approprié pour éduquer le corps.Le bâton permet de toujours conserver la ligne droite, au contraire du corps qui, lui, bouge librement, d’une bonne ou d’une mauvaise manière. Il faut penser aux axes du corps naturellement afin de bouger correctement en utilisant le bâton. Akuzawa sensei présente divers Tanren, coupe d’avant en arrière (kirigaeshi, 切り返し) en utilisant le bâton, transmission de force à travers le bâton, etc.

Dans la situation où on saisit mutuellement le bâton, Akuzawa sensei en transmettant la force du corps entier dans l’extrémité du bâton, se servant du mouvement corporel vertical, nous fait bondir sans que l’on puisse résister.En maintenant un Frame correct, il devient possible d’agir ainsi en emettant une force explosive. C’est cela qui donne naissance à un puissant Hakkei (発勁).
(NdT: Hakkei,発勁, est un terme japonais équivalent au Fajing chinois, et qui désigne une explosion de force)

Usage du Rokushakubo

Akuzawa sensei dit que le Rokushakubo est le plus approprié pour éduquer le corps. Manier le bâton en étant « conforme » avec le corps (en étant en contact avec le ventre) est le secret de la réussite avec le Rokushakubo. Ainsi on fait parvenir la force de l’axe du corps (le tronc) directement dans l’extrémité du bâton, le corps et le bâton ne font plus qu’un.Ici Akuzawa sensei démontre les rotations du bâton dans toute sa longueur en accord avec Shintaijiku. On peut évidement aussi agir de même, soutenir avec le ventre, pour les mouvements latéraux.

 

 

De (11) à (13), Akuzawa sensei bouge librement à mains nues face au coup de poing du partenaire.En
comparant ce mouvement avec celui où on prend le bâton, on comprend comment bouger au plus près (de l’attaque) de manière rationnelle (14) – (16)

Le principe du corps éduqué qui est commun aux Bujutsu traditionnels permet une technique cohérente où on bouge comme un dragon.

Le mouvement de bascule qui relie les deux extrémités du bâton, on concentre une grande puissance provenant de l’aine, en un instant, dans le bout du bâton et on chasse au loin le partenaire comme la
force d’une bourrasque le ferait.

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.