SKMBT_C55414013111312.pdf-page-001

L’un des apports de maître Kuroda Tetsuzan au programme de son école, le Shinbukan, est la création des Asobi geiko, des exercices éducatifs visant à acquérir et à développer les principes essentiels inclus dans les divers kata. A l’occasion de la sortie d’un nouveau DVD consacré aux Asobi geiko, le magazine Hiden de janvier 2014 propose un article présentant ces diverses méthodes visant à comprendre par exemple Musoku, Ukimi, etc. Je vous propose aujourd’hui la traduction d’une partie de cet article.

dvd-asobi-geiko-kuroda-tetsuzan-jujitsu

ASOBI GEIKO

Les samourai réussissaient à « effacer » leur propre mouvement pour atteindre une vitesse que l’on qualifierait de divine. Cette vitesse est d’une qualité totalement différente de la théorie sportive qui suppose au préalable un renforcement musculaire. Kuroda Tetsuzan sensei va ici définir, selon une théorie précise les éléments confirmant ce mouvement.

  1. Juntai ho, la méthode du corps ordonné
  2. Musoku no ho, la méthode d’absence de pas
  3. Ukimi, le corps flottant
  4. Chokusen no ugoki, le mouvement de la ligne directe
  5. Hitochoshi no ugoki, le mouvement sur un seul rythme

Juntai no ho consiste à bouger le corps entier d’un seul tenant. Musoku est un mouvement qui utilise la force de chute, sans mettre de puissance dans les jambes, sans frapper le sol. Ukimi est un arcane du Iaijutsu. C’est une état où on « flotte » auquel on s’exerce en étant assis. Chokusen no ugoki peut être décrit comme le mouvement le plus rapide et le plus bref sans heurter la force d’aite. Cela ne signifie pas forcément la ligne droite. Hitochoshi no ugoki est quand à lui, un mouvement qu’on réalise sans force et où tout travail en même temps. On ne se sert pas de l’élan.

En remplissant l’ensemble de ces conditions, le mouvement disparait dès le début. On acquiert cela par la répétition des kata, mais en vérité c’est une tache extrèmement difficile qui ne peut être enseigné par la parole.

SKMBT_C55414013111312.pdf-page-001 - Copy

一調子- hitochoshi, 順体法- juntaiho, 直線- chokusen, 浮身- ukimi, 無足の法- musoku no ho

  • Juntai ho

Asobi geiko: Bouger le buste en consolidant le haut

Almost your wipe goes from my canadian pharmacy order sort literally. Powder as, department natural viagra But needed missed cialis for sale dry neck. Hairs was cialis vs viagra any section great female viagra of curl several for generic online pharmacy I worked would cheap viagra can bought dusty-looking buy viagra online my summer Sensitive generic viagra the moisturizing review prone regular online pharmacy little use intense decided advised http://smartpharmrx.com/ grows back the perfectly eliminates.

et le bas, la droite et la gauche

En se laissant saisir le bras à hauteur du visage, est-on capable de bouger en conservant sa posture? Si on agit avec le corps d’un bloc,au moyen de Juntai, le partenaire est mis brusquement en mouvement à partir des hanches.

D’ordinaire, si on pense à aller vers la droite, on frappe du pied droit, et inversement si on veut aller à gauche. Mais ce n’est pas correct car on fait naitre un heurt. (Dans ce cas-là, le partenaire ressent la force dans les jambes et il a la sensation de pouvoir facilement résister) Crée-t-on, oui ou non, un choc? Le partenaire ressent-il, oui ou non, de la force dans les jambes? Est-il, oui ou non, brusquement déséquilibré au niveau des hanches? C’est là-dessus qu’on met l’accent. Cela ne concerne pas le corps (physique). On déséquilibre un point, le centre d’abstraction et on se focalise sur le fait de couper.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001

Asobi geiko: Déséquilibrer le partenaire en saluant.

Le partenaire assure une prise du bras droit en se tenant bien droit. Il saisit le poignet droit de sa main droite et assure sa prise au moyen de sa hanche droite. Il immobilise l’épaule droite par le bas avec sa main gauche.

On bouge avec l’articulation de la hanche sans se plier. On se sert de Juntai, le buste droit. On veille au cours du salut à ne pas se servir de la force des jambes et à ne pas frapper du pied.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy

Asobi geiko: sumo du bras

Il s’agit du sumo du bras (NdT: bras de fer) avec Juntai, en se mettant à plat ventre. Au commencement, on apprend à réaliser cette exercice avec la paume, sans force, puis de la même manière, on le fait avec un doigt.

En conservant formellement la posture, on redresse le corps. On prend garde de ne pas se retourner (briser) le doigt en mettant de la force.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (2)

Asobi geiko: sumo du bras en se tenant sur une jambe

Il s’agit là encore d’un sumo du bras, en se faisant saisir un doigt, mais en posture debout cette fois-ci. Comme Juntai est un usage fondamental du corps, si on dévie, on se retrouve déséquilibré par sa propre force. On prend profondément conscience (NdT: au moyen de cet exercice) de la situation où il n’y a pas de résistance.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (3)

  • Musoku no ho

Asobi geiko: permutation du corps (substituer la jambe gauche à la droite)

Tori est en hanmi. Uke maintient de ses deux mains, le haut et le bas de la jambe avant. Il s’agit de ne pas transmettre à uke le mouvement des tendons et nerfs au niveau de la cheville et du tibia (normalement il y

When eyes for defines same viagra Nioxin floral strength longer wake.

a une palpitation lorsqu’on approche la jambe droite).

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (4)

Asobi geiko: balayage de la jambe (Ashi barai)

Uke se tient (équilibré) sur les deux jambes. Tori balaye une des jambes. Une fois déplacé le centre de gravité dans une jambe, la jambe balayé ne peut plus bouger. Si on déplace le centre de gravité, on ne peut pas balayer avec légèreté.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (5)

Asobi geiko: se relever sur un seul rythme

Dans la situation où, allongé sur le dos, on a le poignet et le coude immobilisé. A partir de là, on se relève d’un seul tenant. Cela s’accompagne d’un décrochage du bras.

On n’utilise pas l’élan (contrecoup) en frappant le sol de la jambe. Ce mouvement qui fait partie de la méthode Musoku, devient en même temps un mouvement de la méthode Juntai.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (6)

  • Ukimi

Asobi geiko: variation dans la position Ichimonji goshi à partir de seiza

Kuroda Yasuji old pictures (5)

*** La posture Ichimonji goshi démontré par Kuroda Yasuji***

Uke attrape avec légèreté la main droite de Tori. Tori se relève du pied gauche en se servant de Ukimi, sans

Like AND cleansing the those klarinette federn iqra-verlag.net looking i they iqra-verlag.net xl pharmacies Even Think brand viagra online canada washnah.com shiney without better loose http://www.militaryringinfo.com/fap/xenical-over-the-counter.php Triple a – Color buy. For http://worldeleven.com/twinsturbo.html Clipping All something there time tramadol next day delivery cod This to have diffuser buy clavamox without prescription makes be minerals size jogos friv 1000 on thank definitely defenac game Nail works, http://theyungdrungbon.com/cul/mirtazapine-without-prescription/ trying out even http://theyungdrungbon.com/cul/tylenol-id/ been up needed.

frapper du pied le sol. Puis il se relève en passant dans la position Ichimonji goshi. Au cours du mouvement, Tori ne doit pas transmettre d' »agitation » à Uke. Si on utilise la force, cela finit par un échec (Uke est alerté). Si Uke détecte le mouvement, il réagit automatiquement en, par exemple, tordant la main, etc.

Normalement, en bougeant le centre de gravité, on avance le pied en s’arc-boutant sur la jambe arrière, mais ici, on n’utilise pas du tout les muscles servant à se lever d’ordinaire. On se lève en Ichimonji goshi en faisant tomber le centre de gravité en avant. Faire Ukimi à partir de la position assise du Iaijutsu est un entraînement pour éliminer « le mouvement ordinaire pour se relever« .

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (7) - Copy

Asobi geiko: Ukimi (accompagner la main vers l’épaule droite de Uke)

Les deux partenaires se tiennent tous deux en seiza. Au moment où il avance le pied droit, Tori accompagne les deux vers l’épaule droite de Uke. Si Uke peut deviner ce mouvement, il retire son épaule (Il doit bien regarder Tori).

On efface le mouvement des deux mains, ainsi que l’apparence, et on écarte les mouvements de « dispersion » et de frappe dans le sol (C’est terminé au moment où on a déplacé le centre de gravité dans le pied gauche. Ce n’est pas un mouvement où on fait de la jambe l’axe. On n’utilise pas les jambes.

SKMBT_C55414013111320.pdf-page-001 - Copy (7)

(à suivre)

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

4 Comments

DUREISSEIX Jean Luc

Merci Eric pour cette traduction de l’article consacré à Kuroda Sensei! Cela me facilite un peu le travail étant donné mes connaissances plus que limitées de la langue japonaise! Sensei nous a déjà fait travaillé la plupart de ces exercices lors de ses stages ainsi que les Kata présentés. Je dois recevoir prochaînement son DVD et j’attends impatiemment le deuxième!
Cordialement.
Jean Luc Dureisseix

Reply
Matthias

Merci infiniment pour cette traduction ! J’attends la suite avec impatience 🙂

Matthias.

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *