yasuo-kobayashi-koichi-tohei

Taninzu gake (多人数掛け) littérallement « la prise par plusieurs personnes » est un travail bien connu en Aikido. Même si ce n’est sans doute pas le travail le plus courant au sein des dojo, cela reste un classique de fin de passage de grade en France par exemple.

Mais si bon nombre de pratiquants connaissent l’exercice sous le terme emprunté au Judo « Randori » (« 乱取り, saisie chaotique »), il me semble que ce soit celui de Taninzu gake qui soit propre à l’Aikido.

C’est à mon avis, un moment, voir le moment, où l’explosivité des techniques d’aikido doit surgir, être toujours en mouvement, ne pas attendre, faire preuve de stratégie pour tirer avantage de l’encombrement du nombre, sont autant de point clé de ce type d’épreuve.

Amazon.co.jp: Aikido My Spiritual Journey Yasuhisa Shioda, Gozo Shioda, Jacques Payet, Christopher Johnston 洋書 - Google Chrome_6

Paradoxalement, c’est dans ce type de contexte que la richesse et la diversité des techniques d’aikido, des variations prend tout son intérêt, et c’est très souvent malheureusement l’exercice où on ne voit qu’une ou deux techniques différentes. Le grand classique étant une forme de Kokyu nage sur la saisie des deux épaules.

Même à l’époque lointaine où je passais des grades, les différents experts chargés des stages « préparation de grades » limitaient la diversité technique à trois techniques: une au niveau haut, en frappant au menton l’adversaire  se précipitant vers nous, une au niveau médium, le fameux kokyu nage précédement cité et la dernière au niveau bas, en plongeant dans les jambes.

Je me souviens cependant de nombreuses occasions où Tamura sensei, souvent au lendemain d’un passage de grade Aikikai, insistait sur le fait que dans cette situation, face à au moins trois partenaires, on devait se servir de tout le panelle technique en notre possession. Bien sur, on privilège dans ce cas là, les applications, les formes ura, les mouvements plus incisifs, etc. Il ne s’agit plus de sortir un catalogue clair et pédagogique, mais d’utiliser au maximum notre capacité à rediriger, à déséquilibrer, voir à guider les partenaires, l’inaction se révélant « fatale ».

Les vidéo qui suivent permet de se faire une idée de l’idéal à atteindre…bon keiko à tous.

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *