Hier, 26 avril, avait lieu les célébrations en souvenir du 47ème anniversaire de la disparition de O sensei. Bien entendu, plus qu’en tout autre lieu, le honbu dojo de l’Aikikai se devait, comme chaque année, de célébrer l’évènement. Par la même occasion, on rendait hommage au second doshu, fils de Ueshiba Morihei, Kisshomaru, disparu voilà 17 ans.

SKMBT_C55414060308372-1

Devant retrouver mon ami de longue date, Mickael, de passage à Tokyo, j’en ai profité pour participer au dernier cours de la journée, précédant le shinobukai (réunion du souvenir), dirigé par Osawa sensei. J’ai sans doute déjà précisé dans un précédent article, qu’Osawa sensei est sans aucun doute, et de loin, le sensei du honbu dojo, dont j’apprécie la pratique et l’enseignement. Cependant, en ce jour particulier, son cours différa quelque peu de ce qu’il avait l’habitude de faire.

Tout d’abord, alors qu’Osawa sensei est plutôt du genre « avare de parole », il fit cette fois-ci plusieurs pauses dans la pratique. D’une part, pour rappeler à l’assistance, nombreuse, quelques éléments historiques, comme les dates de naissance et de décès de Ueshiba Morihei et Ueshiba Kisshomaru, l’établissement du Ueshiba dojo en 1931, etc. D’autre part, sur un plan plus technique, pour présenter des formes anciennes de waza, tel shomen uchi irimi nage et katate dori shiho nage.

SKMBT_C55414060308402-1 (2)

Le second doshu et Ozawa sensei

En résumé, un moment un peu particulier, de l’avis même de personnes qui suivent très régulièrement Osawa sensei, tel mon partenaire de l’occasion, l’ami Guillaume Erard, dont la plupart d’entre vous ne pouvez ignorer le travail tant rédactionnel que filmique.

L’après-keiko se déroula de manière plus conventionnelle pour quiconque est habitué à ce type de réunion au Japon. Tout d’abord, le visionnage de quelques films de O sensei et de son fils, rien d’inédit à l’ère de Youtube, passons.

bushin-morihei-ueshiba

Puis quelques discours et témoignages de la part de personnalités tel Doshu, Tada sensei et Endo sensei, etc. Pour l’occasion, le dojo principal de l’aikikai était paré de quelques calligraphies originales de O sensei, dont une réalisée non pas au pinceau, mais avec le doigt. Impossible cependant de les photographier, de près.

 

DSC_1751

                                                                   Le troisième doshu, Moriteru

 

DSC_1750

Tada sensei évoquant ses souvenirs sur O sensei


Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *