Quiconque s’est déjà intéressé à la vie de Ueshiba Morihei à travers diverses lectures , ne peut être ignorant du nom de Piston Horiguchi.

Horiguchi1936_sm

En effet, la plupart des biographies du fondateur de l’aikido, les plus rigoureuses comme les plus fantaisistes, cite parmi les nombreux défis que dû relever O sensei pour asseoir sa réputation martiale, sa rencontre avec le boxeur professionnel surnommé Piston. Mais en-dehors de ce pseudonyme évocateur, j’avoue que j’étais encore hier bien ignorant du personnage.

preview_f6e1677273db01e1a8179d8354cc29d1-411x510

De son vrai nom, Horiguchi Tsuneo, il naquit dans la préfecture Tochigi, le 7 octobre 1914, fils d’un commissaire de police. Comme la plupart des jeunes japonais de son époque, il s’initia au judo lorsqu’il était collégien. C’est d’ailleurs grâce à l’un de ses camarades de l’époque qu’il fit la connaissance du « père de la boxe au Japon », Watanabe Yujiro (渡辺 勇次郎), qui plus tard le forma au sein de son club de Tokyo.

En 1931, l’association de boxe professionnel du Japon vit le jour, et c’est en y jouant un rôle actif, qu’il devint très populaire. On en vint même à le surnommer Kensei (拳聖), le saint de la boxe.

Il semble que cherchant à développer sa boxe Horiguchi se soit intéressé à d’autres pratiques martiales. Il étudia notamment le karate auprès du très populaire Motobu Choki  ainsi que le kendo comme le prouve le cliché ci-après.

PistonHoriguchi

Piston Horiguchi pratiquant le kendo en 1938

C’est donc en toute logique que Horiguchi en arriva à vouloir faire la rencontre de Ueshiba Morihei, au Kobukan dojo, dont la réputation commençait également à bien s’établir sur Tokyo durant la même période.

13580456_1090627571001447_4920182585040449198_o

Ueshiba Morihei et ses élèves du Kobukan – on reconnait ici Kunigoshi Takako et Tomiki Kenji  – démontrant devant le public de l’association des infirmières Atsushi, le 8 juillet 1935

Shioda Gozo, élève de O sensei et fondateur du Yoshinkan Aikido, raconte la rencontre comme il suit:

« A l’époque, Mr Horiguchi, qui était très populaite dans le monde de la boxe, vint étudier au Ueshiba dojo, voulant assimiler les mouvements de l’aikido dans sa boxe. Sensei (Ueshiba Morihei, NdT) l’invita à lui délivrer un coup de poing, et ainsi Horiguchi lui délivra un direct. Mais sensei attrapa le poing rapide comme l’éclair, le tira et envoya Horiguchi voler, tête la première. Ce dernier se releva du tatami les yeux grand ouvert d’étonnement.

En observant le poing droit d’Horiguchi, on pouvait observer des marques rouges dessus. Il semble que les doigts de sensei avaient capturer le poing  à la base de son index, de son majeur et de son annulaire, laissant ces traces. J’étais également surpris, et je suis aller voir sensei pour lui demander comment il avait fait ça. Il ra en disant que ce n’était rien, juste la fin attendue, le poing devait bien se s’arrêter quelque part et tout ce qu’il y avait à faire c’était de l’attraper là.« 

Horiguchi_brothers

Horiguchi Tsuneo et ses trois frères

Horiguchi fit une brillante carrière et ouvrit par la suite un dojo dans la préfecture Kanagawa, dojo qui est encore en exercice à l’heure actuel. Il mourrut à seulement 36 ans en 1950.

200px-Tsuneo_Horiguchi

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l’aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l’enseignement jusqu’au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S’installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l’aikido au Tendokan...
Read more

2 Comments

Raphael Deutsch

Bonjour Eric,

A ma connaissance, Piston Horiguchi a affronté Choki Motobu lors d´une rencontre informelle organisée dans les années 30 par un « parrain » local. Horiguchi n´aurait pas été en mesure de prendre à défaut la garde de Motobu (connu pour la vivacité de ses déplacements). Au final, Motobu a très facilement dominé le jeune Horiguchi ce qui n´a pas manqué d´impressionner très favorablement le parrain.

Cette anecdote est bien entendu à rapprocher au fameux combat d´Osaka au cours duquel le même Motobu a combattu et vaincu un Occidental (nationalité et capacités martiales sujettes à caution) au physique imposant.

Pour la petite histoire, le magazine Kingu fera mention du combat mais se trompera en publiant une photo de Funakoshi Gichin au lieu de celle de Motobu. C´est cette « maladresse » qui amènera Motobu à rencontrer Funakoshi.

Amicalement.

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *