Fumiaki Shishida, né en 1949, est un professeur d’aikido et un shihan, 8ème dan  de la Japan Aikido Association, l’un des deux groupes principaux du Shodokan Aikido, le style fondé par Tomiki Kenji. Professeur de l’histoire intellectuel des arts martiaux japonais de l’université Waseda (Tokyo) et auteur de plusieurs ouvrages, il obtint le prix de l’histoire du sport de la société japonaise en 2006.

Dans un article intitulé “The Process of Forming Aikido and Japanese Imperial Navy Admiral Isamu Takeshita: Through the analysis of Takeshita’s diary from 1925 to 1931”, il consacre une partie à la relation entre l’art de Ueshiba Morihei et l’école de sabre Shinkage ryu.

C’est un sujet, vous le savez si vous êtes un assidu des articles de Budoshugyosha, qui me tient à coeur et que j’abordais il y a déjà 4 ans dans l’article Shochikubai no ken, le sabre du pin, du bambou et du prunier.

  • Relation avec le Yagyu shinkage ryu (extrait de The Process of Forming Aikido and Japanese Imperial Navy Admiral Isamu Takeshita: Through the analysis of Takeshita’s diary from 1925 to 1931)

Les professeurs d’aikido font souvent référence au fait que la relation entre aikido et kenjutsu ou kendo est plus profonde, et même plus proche que celle entre aikido et judo. Nous ne pouvons qu’être d’accord avec cet avis en se basant sur les techniques d’aikido. En fait, il est simple d’expliquer le lien entre shiho nage en aikido et l’action de couper en kenjutsu. Cependant, il n’est pas facile d’expliquer ce que le kenjutsu est en aikido car Ueshiba, spécialement depuis qu’il déménagea à Tokyo en 1927, ne prit pas soin d’expliquer la provenance de son art martial.

Ainsi, certains professeurs tentèrent de pratiquer ce qu’Ueshiba démontrait ou pratiquait et d’autres essayèrent d’apprendre le kenjutsu qu’il avait appris. Dans l’oeuvre de Stanley Pranin où il se consacra à interviewer de nombreux personnages concernés, on peut découvrir les deux écoles de kenjutsu par lesquels il (Ueshiba) fut influencé: Yagyu shinkage ryu et Kashima shinto ryu.

Ueshiba Kisshomaru disait que le fondateur ne s’intéressait pas au kenjutsu au début de l’aikido (Département éditorial d’aikinews, 2006, p16). Mais en réalité, Ueshiba semble avoir été intéressé par le kenjutsu. Ueshiba devint disciple du Kashima shinto ryu le 16 mai 1937 et invita trois professeurs dans son dojo. Mais selon Akazawa Zenzaburo, n’apprit pas en personne, observant juste avec attention l’enseignement reçu par Akazawa, puis Ueshiba étudia avec lui après leur départ (Département éditorial d’aikinews, 2006, p211-212).

Shioda Gozo disait aussi que le Kashima shinto ryu se difusa considérablement dans les techiniques de Ueshiba car il pratiquait vivement (Département éditorial d’aikinews, 2006, p178).

A partir de ces faits, il est clair que Ueshiba était enthousiaste dans son étude du Kenjustu mais avec une manière de sauver la faceau environ de 1937. C’était cependant différent 10 ans plus tôt.
Le but de cette partie est d’examiner la relation entre le Shinkage ryu et l’art martial de Ueshiba à travers le maitre Gejo Kosaburo.

NdT: Bien que le nom officiel de l’école soit Shinkage ryu hyoho, les termes Yagyu shinkage ryu (école shinkage de la famille Yagyu) ou Yagyu ryu (école des Yagyu) seront utilisés également sans différence.

Yagyu shinkage ryu était la plus prestigieuse école durant la période Edo. J’ai entendu directement de Tomiki, qu’il avait appris le Yagyu ryu de Gejo avec maitre Ueshiba, ainsi j’ai demandé un entretien avec Otsubo Shiho, un disciple de Gejo, qui était présent lors de l’enseignement de ce dernier à Takeshita (NdT: Isamu Takeshita (1869-1949), amiral de la Marine japonaise, fut élève et le principal sponsor de Ueshiba Morihei, invitant ce dernier à Tokyo et l’introduisant auprès des cercles des hauts dignitaires, militaires de hauts rangs, membres de la noblesse dans les années 20 et 30) et/ou Ueshiba, et par conséquent, je présentais leurs relations dans un livre de 1985 (Shishida et Nariyama, 2001, p23) comme suit:

« Ueshiba rencontra souvent Gejo au Yagyu dojo et à l’endroit où Ueshiba enseignait. Un jour, Ueshiba vit un Fukuro shinai, un sabre couvert de cuir, et fut intéressé par cela. C’était la première fois qu’il observait le Yagyu shinkage ryu. Gejo lui montra directement plusieurs kata sauf Muto no kurai, techniques qui pouvaient seulement être appris aux plus hauts niveaux. Ueshiba écrivit Budo en 1938 et mentionna sa pratique du Yagyu shinkage ryu. Il est clair qu’il reçut des astuces à propos du maai de Gejo« 

Otsubo sensei, élève de Gejo sensei 

Concernant ce que je viens de dire, cependant, Ueshiba Kisshomaru dit,  » Quand mon père vivait à Kurama cho, Gejo assistait à la pratique tout les jours. Ce n’est pas que mon père apprit le Yagyu ryu de Gejo, mais que ce dernier vient apprendre les arts martiaux de mon père ».

Quels sont les faits? Gejo apparaît parfois dans le journal de Takeshita, les deux hommes étant bons amis; Gejo était l’ainé d’une année de Takeshita à l’académie navale, bien qu’ils furent diplômés la même année.

Le 25 février 1926,  » A partir de 10h, j’ai pratiqué le Yawara durant une heure. Mr Asano (Seikyo) et Mr Gejo Kosaburo vinrent au dojo. Mr gejo est attendu pour la pratique de demain« .

Ce qui précède est la preuve que Gejo devint son élève. En fait, Gejo apparait parfois dans le journal bien que la moitié consigne des observations comme cela: « Mr Gejo observa » (3 juin 1926), « Mr Gejo Kosaburo observa » (6 juin 1926), « Mr Gejo vint aussi au dojo » (9 avril 1927), « Mr Gejo…vient au dojo comme d’habitude » (25 avril 1927), « Dans la matinée, Mr Gejo vint au dojo » (26 avril 1927), « Je suis venu pratiquer avec Setsu, Gejo était là » (14 novembre 1927), « Ai pratiqué dans la matinée, Gejo, Inoue, le maitre (Ueshiba) » (30 janvier 1928).

Gejo Kosaburo au côté de Ueshiba Morihei

De plus, il y a d’autres descriptions plus intéressantes.

« A 9h, Mr Gejo Kosaburo a montré des kata de Yagyu ryu avec ses deux disciples au Morimura dojo. A 14h, suis allé à la résidence du duc Shimazu avec maitre Ueshiba… » (8 mai 1927)

 » Ai pratiqué le matin et l’après-midi. Pratique pour s’emparer d’un sabre, un sabre contre sabre… » (7 février 1928)

« Dans la matinée, ai pratiqué. Ai observé les kata du Yagyu ryu par Mr Gejo » (18 février 1928)

« 10h, j’ai participé à une cérémonie célébrant le 56ème anniversaire de la fondation de l’école primaire Yanagida. Ai donné une conférence sur l’importance de la santé, et après cela ai raconté une anecdote sur les arts martiaux du Yagyu ryu » (5 mars 1930)

Il semble qu’il ne soit pas toujours évident quels faits dans le journal montrent que Ueshiba ait appris de Gejo avec Takeshita ayant été témoin.

L’amiral Takeshita supervisant un cours de self-defense féminine

En plus, nous pouvons maintenant consulter l’étude du Yagyu shinkage ryu de Akabane Tatsuo.

NdT: Akabane Tatsuo est un auteur contemporain, expert en Shinkage ryu.

En 1926, Gejo avait 61 ans tandis que Ueshiba en avait 43. Selon les recherches de Akabane, Gejo était l’un des meilleurs élèves de Yagyu Genshu, le 10ème soke du Yagyu shinkage ryu dans le domaine Owari ou Nagoya. Gejo devint son élève aussitôt après avoir été battu dans un combat de kenjutsu par ce dernier.
Gejo, depuis qu’il avait fait la rencontre de Ueshiba, était un des successeurs de Genshu avec Yagyu Gencho et Kobe Kinshichi (Akabane, 2005, p2-3).
Jugeant de la position et de l’âge de Gejo, il est difficile de penser que ce dernier devint l’élève de Ueshiba juste pour apprendre son art martial. En fait, Akabane suppose que Gejo modifia le Yagyu shinkage ryu en un style qui considère l’importance des taisabaki lorsque Gejo enseigna à Ueshiba accompagné de Otsubo Shiho.

Dans l’article d’Akabane, Otsubo dit qu’il apprit l’aikido au lieu d’enseigner le Muto no kurai du Shinkage ryu à Ueshiba en 1931, et que Ueshiba était enthousiaste à apprendre la différence entre le maai du Kenjutsu et le maai dans le cas d’une personne les mains vides face à un sabreur (Akabane, 2004, p11).

Ueshiba et Gejo établirent une relation mutuelle maitre-élève. Indubitablement, il y a une remarque de Shioda Gozo qui dit: « Je n’ai jamais vu sa propre pratique du Yagyu ryu ou Shinkage ryu, bien que le maitre nous ait dit qu’il le pratiquait. Je ne l’ai jamais observé apprendre le Yagyu ryu ou le Kashima shinto ryu bien qu’il ait invité un maitre du Yagyu (Shinkage) ryu pour apprendre… » (Département éditorial d’aikinews,, 2006, p178-179). Mais Shioda ne doit pas avoir assisté à une telle scène car son introduction dans le cercle de Ueshiba date du 23 mai 1932.

Nous pouvons conclure que Ueshiba fut incapable de prendre la décision de quitter le Daito ryu et Takeda jusqu’à l’officialisation du Aoi ryu aiki bujutsu, le 14 juin 1929. Ueshiba avait besoin de solides capacités dans les autres arts martiaux pour établir son art martial et devenir indépendant du Daito ryu jujutsu. Mais alors que son organisation se développait de plus en plus, il devenait déplaisant de se montrer lui-même comme élève d’ un maitre d’une autre école de kenjutsu.

NdT: Aoi ryu qui semble-t-il est à l’origine une école transmise dans la famille Ueshiba, est un terme qui désigna pendant un temps la pratique de Ueshiba Morihei

Bref, le fait que Ueshiba apprit le Yagyu shinkage ryu durant cette période peut être déduit des points suivants. Premièrement, la remarque de Tomiki comme quoi il apprit le Yagyu ryu de Gejo avec Ueshiba. En deuxièmement, les remarques de Otsubo dans mon interview et les recherches de Akabane. En troisième, le fait que Takeshita fasse preuve d’intérêt pour le Yagyu ryu dans son journal. Et quatrièmement, l’enthousiasme de Ueshiba à étudier le kenjutsu de façon à rendre son art martial fort et devenir indépendant de Takeda.

 

 

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

2 Comments

Guillaume Erard

Merci pour cette traduction. La grande question est de savoir ce qui, dans cet apprentissage des armes, a diffusé dans les techniques d’Aikido de Ueshiba Morihei ou dans son utilisation du corps. A la lumière du contenu des livres Budo Renshu, Aikido Maki-no-Ichi, et des photos du Noma Dojo, comparé avec les techniques de Daito-ryu, probablement pas grand chose au niveau du curriculum formel.

Reply
Eric Grousilliat

Salut Guillaume, merci pour ton commentaire.
Je ne peux qu’être de ton avis. Car, de plus, pour ce qui est des armes, il ne semble pas y avoir véritablement de transmission. Alors si en plus, les notions intégrées par O sensei sont du genre Maai, j’ai peu d’espoir que quelqu’un soit capable d’apprécier un quelconque apport d’une école tel le Shinkage ryu dans l’aikido.

A bientôt.

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *