L’école Kukishin ryu et la tradition de la famille Kuki sont assez peu connus des pratiquants. La relation spéciale les unissant unissant à Ueshiba Morihei, encore moins. On a l’habitude de résumer les influences que le fondateur de l’aikido subit, à, Daito ryu de Takeda Sokaku pour la technique, et Omotokyo de Deguchi Onisaburo pour l’esprit. Pourtant comme je l’évoque dans “Aikido, à la croisée des chemins”, le Kukishin ryu joue un rôle à part. Ici, technique martiale et spiritualité shinto fusionne, une fusion dans laquelle il est difficile de ne pas reconnaitre une grand similarité avec la pensée de Ueshiba Morihei.
Aikido, à la croisée des chemins
Le texte qui suit provient d’une vaste collection de documents mis en ligne il y a une quinzaine d’années (le site à depuis totalement disparu) et dont j’avais conservé précieusement la traduction intégrale réalisé par mes soins à partir de la version anglaise. C’est sur ces documents que je me suis basé pour rédiger la grande majorité du chapitre dédié au Kukishin ryu, son influence sur Ueshiba Morihei, son origine, sa philosophie, etc.
Cette article s’inscrit tout comme l’article Kimon Daikonjin, le dieu-racine dans une volonté de partager des infos complémentaires aux infos déjà présente dans mon ouvrage concernant les arts martiaux de la famille Kuki.

Ce texte apporte des précisions sur la flotte militaire nommé Kumano suigun (la marine de Kumano) déjà évoqué dans Kimon Daikonjin, le dieu-racine.
Kuki Osuminokami Yoshitaka (1542-1600), souverain du chateau Toba, est un célèbre amiral de la marine Kumano suigun. Il était le capitaine d’un navire de guerre nommé Nipponmaru et on le considère comme le fondateur de la marine japonaise.
Yoshitaka naquit à Shima en 1542, fils de Kuki Sadataka, gouverneur du château Tashiro. Son nom d’enfance était Umanosuke. De nature courageuse, il excellait dans les techniques de lance.
En tant que commandant du Kumano suigun, il servit sous Oda Nobunaga et Toyotomi Hideyoshi. Il joua un rôle décisif, se distinguant dans de nombreuses batailles.
Après la tentative raté de Toyotomi pour conquérir la Corée, la fortune de Yoshitaka déclina. Il participa à la bataille décisive de Sekigahara sur la côte ouest. Son fils Moritaka était sur la côte est. Sachant ce dernier loin du château Toba, Yoshitaka prit l’initiative de confier sa forteresse à Horiuchi Ujiyoshi, et d’attaquer lui-même le château Iwate afin de s’en emparer avec Inaba Tsunemichi.
Cependant les troupes subirent une défaite au niveau de la côte ouest lors de la bataille de Sekigahara. Yoshitaka se cacha avec Horiuchi à Shingu, et Moritaka se rendit à Osaka afin de négocier la vie de son père. En vain.
Moritaka réussit cependant à obtenir la clémence pour son père auprès de Fukushima Masanori et de Ikeda Terumasa en échange des récompenses obtenues pour son rôle actif durant la guerre. Il dépêcha un messager auprès de son père pour lui annoncer la nouvelle. Cependant, Yoshitaka voyant un navire arrivé, pensa que c’était l’ennemi et se tua.
Stupa de Kuki Yoshitaka au temple Kongoshoji à Ise
Selon la petite histoire, un traitre persuada Yoshitaka que le shogunat Tokugawa était furieux contre lui et qu’il était sans doute préférable de se donner la mort.
Yoshitaka se purifia, joua une partie de go puis se suicida sous un porche sans effort.
Le fait que des membres d’une même famille se mettent au service de camps opposés lors d’une guerre était une mesure pour empêcher la disparition du clan. Et la mort de Yoshitaka peut sans doute être considéré comme un acte d’amour paternel.
Si l’ouvrage « Aikido, à la croisée des chemins » vous tente, la manière la plus rapide et sur de l’obtenir, se trouve ici

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l'aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l'enseignement jusqu'au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S'installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l'aikido au Tendokan...
Read more

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *