osensei_tamuraweb-b8671

La découverte de clichés du seul makimono d’armes (bojutsu) légué par O sensei a réveillé mon intérêt pour le système d’enseignement de Hikitsuchi sensei qui outre des mouvements de Bo s’effectuant seul, transmettait aussi des formes au sabre qui sans être aussi présente dans son enseignement que le sont l’aikiken et l’aikijo pour Saito sensei, n’en sont pas moins digne d’intérêt.

O sensei nommait sa forme de sabre, le Shochikubai no ken, nom poétique s’il en est, car il signifie le « sabre du pin, du bambou et du prunier ».

Shochikubai est au Japon le triple symbole de qualités primordiales.

松 sho ou matsu est le pin, qui toujours vert et ayant une grande longévité, symbolise la confiance, l’amitié. Pour Hikitsuchi sensei, c’est le symbole du caractère pur et constant.

竹 chiku ou take, le bambou représente l’honnêteté, car si on le coupe on trouve le vide à l’intérieur, aucun vice n’y réside.

梅 bai ou ume, la prune et par extension le prunier, sa fleur qui fleurit alors qu’il reste de la neige sur le sol, symbolise la beauté, la noblesse, le courage.

Dans un entretien avec Léo Tamaki, Tamura sensei disait à propos de Shochikubai no ken:

Shochikubai no ken n’est pas une forme précise. Les mouvements d’Osenseï variaient selon son humeur. Shochikubai est un symbole, pas un enchaînement particulier.

historical-photo-osensei-saito003

Selon la transmission de Hikitsuchi sensei, le Shochikubai no ken consistait en seulement trois formes de base qui permettaient d’acquérir certains principes de l’Aikido.

Matsu no ken correspond au Triangle et permet d’appréhender le principe Irimi.
Take no ken correspond au Cercle et à Tenkan.
Ume no ken est le Carré et incorpore le principe Osae.

25924_264532473677341_297328015_n

O sensei et Hikitsuchi sensei

Il est assez difficile de trouver des images et des détails sur le travail en question, il semble que on apprenait Shochikubai no ken en attaquant O sensei, ce qui rejoint la définition de Tamura sensei cité plus haut.

Si, comme j’en avais abordé le sujet dans un précédent article, le sabre des premiers mouvements de l’aikiken de Saito sensei, a une origine (au moins dans le séquençage des mouvements) dans l’école Kashima Shinto ryu, il semble que les kata du Shochikubai no ken que O sensei enseigna à Hikitsuchi sensei, ont une forte apparenté avec le Sangaku En no tachi et le Kuka no tachi de l’école Yagyu Shinkage ryu.

Sangaku En no tachi et Kuka no tachi font partie tout deux des Omotedachi, le niveau le plus bas de kata de l’école Yagyu shinkage ryu. Matsu no ken est issu de Kaboku et Ume no ken provient de Ozume, deux kata constituant le Kuka no tachi. Take no ken quand à lui est inspiré du mouvement Zantei Settetsu de Sangaku En no tachi.

L’origine la plus couramment admise de l’apprentissage des formes du Yagyu shinkage ryu par O sensei est la rencontre avec Kosaburo Gejo, expert de cette école et qui cotoya le fondateur de l’aikido dans les années 1930. Voici les séquences des trois mouvements issus de l’excellent ouvrage 柳生新陰流を学ぶ (yagyu shinkage ryu o manabu)

photo (2)photo-2- (1)photo3photo-copie-1

ZANTEI SETTETSU photophoto-4-photo-3-

KABOKU

photo (1)photo-4-photo-3- (1)photo-4- (1)

OZUME

Si comme cela semble possible, le Yagyu shinkage ryu a véritablement influencé la pratique du sabre de O sensei, on peut s’intérroger sur les raisons qui ont conduit à cela. Je pense que d’une part, le Yagyu shinkage ryu est une école extrèmement célèbre au Japon, sa réputation ne pouvait donc que parvenir aux oreilles du fondateur. D’autre part, Yagyu Sekishusai, l’initiateur de l’école, concevait son style comme un moyen non plus de tuer mais de préserver la vie, ce qui me semble une conception très proche du budo de O sensei.

Ensuite, cette école issu d’une époque de paix relative, s’effectuait en tenue civile, ses formes s’accomplissant de manière naturelle, le port de l’armure n’ayant plus lieu d’être. Cela me rappelle les paroles de Shioda sensei qui décrivait la création de Ueshiba Morihei comme un Daito ryu dont on aurait enlevé l’armure.

ken tai ken

Written by Eric Grousilliat

Débute la pratique de l’aikido en 1988. En 1993, rencontre avec Tamura Nobuyoshi sensei dont il va suivre l’enseignement jusqu’au décès de ce dernier en 2010. Tamura sensei lui délivre le 4e dan en 2009. S’installe au Japon, à Tokyo en 2008, et poursuit la pratique de l’aikido au Tendokan...
Read more

4 Comments

Urs Keller

Merci beaucoup pour ce text trés interessant. Concernant la création de sa méthode de sabre sho chiku bai no ken O Sensei lui même donne ses explications dans le texte « ma métode de sabre » qui se trouve dans « take musu aiki » Volume 3.

Reply
Urs Keller

Voici un text que j’ai écrit concernat le Sujet:

Lettre Lecteur à l’Aikido Journal
Sho Chiku Bai No Ken et Masakatsu Bo-Jutsu
Depuis mes débuts à l’Aikido, en janvier 1998, j’ai observé des débats controversés sur le thème des « armes dans l’Aïkido ». Chaque Aikidoka a la liberté de son propre opinion. Toutefois, j’ai la preuve que des faits historiques attestés, ont été niés. Fujita Masatake, un témoin de cette époque, dit dans l’interview parue dans l’ »aikido journal » (3/2013) concernant O Sensei, je cite:  » Il […] gardait ses connaissances pour lui, c’est pourquoi il ne nous a légué ni style de lance, ni style de sabre. » Autrement dit, il nie que O Sensei Morihei Ueshiba a créé une méthode de lance ou un style de sabre. De plus, il soutient que O Sensei pratiquait les armes, uniquement seul. Ce, à Iwama et « qu’il n’aurait jamais transmis cela à personne ». Il y a diverses sources qui attestent le contraire!
Depuis la construction du dojo selon son souhait en, 1953 et ce jusqu’à la fin de sa vie, O Sensei a toujours fréquenté le Kumano Juko Dojo, à Shingu. Il y a pratiqué le ken et le Bo avec Michio Hikitsuchi Sensei. De nombreux témoins tels que Aikikai Shihans : Anno ou encore Ishimoto le prouvent, ainsi que des videos et des photos. Plusieurs images sont librement accessibles sur internet. D’ailleurs, on trouve des reportages y correspondant dans le journal Aïkido. Les sources les plus importantes se trouvent dans « Takemusu Aiki- Volume 3; dans le texte: « Ma méthode de sabre, Sho Chiku Bai No Ken ». En 1942, O Sensei décrit le processus personnel qui l’a inspiré pour créer sa méthode du sabre. O Sensei a instruit cet art à Hikitsuchi. Une autre preuve essentielle atteste que O Sensei a donné son nom à une nouvelle école d’armes: le diplôme et l’attestation de capacité à transmettre l’enseignement obtenus par Hikitsuchi Sensei, de O Sensei, pour la pratique du Masakatsu Bo-Jutsu (la quintessence du bâton au cœur de la justice).
Par conséquent, je maintiens que O Sensei a donné naissance à son propre style de sabre. Cela porte le nom de « Sho Chiku Bai No Ken ». Ainsi que la méthode de Bo; le Masakatsu Bo-Jutsu. Michio Hikitsuchi a reçu ces deux enseignements de O Sensei Morihei Ueshiba. Il les a ensuite transmises à mon Maître, Gérard Blaize.
En épilogue, je citerai Fujita Masatake, secrétaire de l’aikikai, né en 1937: « Mais selon le concept de O Sensei et c’est la vérité; aux alentours de 1942, les armes ne devaient pas être utilisées pour l’Aïkido.  » Avec un clin d’œil, de la part d’ O Sensei : « L’erreur est humaine »!
Avec mes salutations les meilleures Urs Keller

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *