Hikita Kagetomo Bungoro fut l’un des quatre experts que l’on surnomma « deva du Shinkage ryu« . Deva faisant référence aux dieux de l’Hindouïsme parvenu au Japon par le biais du Bouddhisme. Les quatre deva du Shinkage ryu, tous élève du fondateur de ce style, Kamiizumi Nobutsuna, était Hikita Bungoro, Jingo Muneharu qui créa le Jingo ryu, Okuyama Kimishige à l’origine de l’école Okuyama shinkage ryu, qui devint par la suite Jiki shinkage ryu et Marume Nagayoshi, fondateur du Taisha ryu.

Hikita serait né en 1537 dans la préfecture Ishikawa. Fils de la soeur aîné de Kamiizumi, il apprit le Heiho (sabre, lance, stratégie, etc) auprès de son oncle étant jeune, et fit également l’expérience du champ de bataille. Il étudia également l’Ogasawara ryu auprès du clan du même nom et le (Kashima) shinto ryu avec Ujii Yashiro. On raconte qu’il était expert non seulement en sabre mais également en lance et en naginata.

Il accompagna son oncle pour accomplir le Shugyo à travers le pays (NdT: on utilise habituellement l’expression Musha Shugyo, l’ascèse du guerrier, pour désigner le voyage itinérant qu’effectuait les bushi pour se perfectionner et s’améliorer). C’est ainsi qu’il fut témoin de la rencontre de Kamiizumi avec Yagyu Muneyoshi, qu’il vainquit en duel ce dernier et participa à sa formation au sein du manoir Yagyu. Hikita était de 10 ans le cadet de Yagyu.

Par la suite, il partit accomplir un shugyo en solitaire et si on ne sait pas très bien ce qu’il fit durant cette période, on sait en revanche qu’il enseigna le Heiho à de nombreux disciples en divers endroits du Japon. Par les célébrités qui reçurent son enseignement, on trouve Oda Nobutada, fils aîné du puissant seigneur Oda Nobunaga, Toyotomi Hidetsugu, neveu du également très puissant Toyotomi Hideyoshi , Kuroda Nagamasa et Hosokawa Tadatoshi, seigneur du domaine de Kumamoto, qui eut à son service l’illustre Miyamoto Musashi.

Hikita nommait son style Hikita Kage ryu bien qu’on trouve parfois les termes Shinkage no ryu ou encore Shinkage ryu sur les Densho (rouleaux) écrit de sa propre main. Durant la période où il était au service de Toyotomi Hidetsugu, il déclina une demande de ce dernier de le voir affronter en duel Nagatanikawa Muneyoshi, un expert de la très ancienne école Chujo ryu. Il fut très admiré pour avoir déclaré:

 » Lorsqu’on se connait mutuellement (en technique, en capacité, etc), se battre est inexcusable. Le devoir du bushi est de servir, pas de risquer sa vie inutilement ».

Selon les documents laissés par la famille Wada, instructeur de Shinkage ryu dans le clan Higo Hosokawa, Hikita servit Hosokawa Yusai à Tango Miyasu, pour une solde de 150 koku (NdT: Le koku ancienne unité de mesure correspondait à la quantité de riz nécessaire pour une personne pour une année)

Par la suite, pour une raison obscure, alors qu’il approchait de la soixantaine, il se rasa le crâne et adopta le nom de Kei Unsai. Il effectua de nouveau un shugyo à travers le pays accompagné d’un élève, Shimada Seiroku. Durant les six années que dura ce périple, il affronta au moins 24 personnes de différentes écoles. Face à des adversaires armés de shinai (sabre de bambou), de bâton ou bien encore de bokken, il remporta toujours la victoire en se servant d’un shinai.

Kamiizumi Nobutsuna, fondateur du Shinkage ryu

Il rendit une courte visite aux Yagyu, remetant un densho à Yagyu Shinjiro, le successeur de Yagyu Muneyoshi à la tête de la famille puis s’engagea de nouveau auprès de Hosokawa Tadaoki, à Fuzen, Kokura et transmit le Shinkage ryu au sein du clan Hosokawa. Il décéda finalement en 1605 au sein de ce clan.

La transmission du Shinkage ryu dont il fut à l’origine existe encore de nos jours. En voici une démonstration en extérieur.

;

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.